On a déjà eu le plaisir de recevoir Laurent,
le batteur de votre duo, pour un Dj set. Il a été excellent, tu as dû avoir son retour sur l’Arbre à Casseroles ?

Non seulement vous avez reçu Laurent mais aussi Hugo le bassiste puisque nous sommes maintenant en trio ! Hugo est venu avec son groupe C is for Noir. Et ils gardent tous les deux un excellent souvenir de leur soirée qu'ils m'avaient bien racontée ! Je m'attends à arriver dans un lieu plutôt paumé, où l'on a l'impression de jouer comme dans le salon, mais avec une grosse ambiance...

 

Comment s’est construite votre collaboration,
et comment travaillez-vous ensemble ?

Avec Laurent, on s'était rencontrés sur un concert, lui jouait dans l'excellent duo Hannah et moi j'étais seul sur scène. On a bien accroché et quand j'ai songé à passer en duo je l'ai appelé pour assurer la batterie et les chœurs. On a tourné en duo un moment et ensuite j'ai fait appel à Hugo pour la basse, synthés, et encore plus de chœurs. On a beaucoup travaillé, beaucoup répété la formule live, les sons et les voix pour arriver aujourd'hui à quelque chose dont on est contents, un bon mélange de tout ce que j'ai envie de mettre dans ma musique, dans les arrangements, avec une bonne section rythmique qui fait plus que de la rythmique justement.

 

Et de ton côté comment as-tu développé ta voix et ton écriture ?

En bref, il y'a 10 ans je jouais des morceaux de piano mélancoliques et je murmurais quelques paroles dessus... J'ai appris à chanter sur le tard, en participant à un groupe de chanson française, puis un groupe de fusion (rien à voir avec mon projet, donc). C'est là que j'ai découvert la force du chant, les harmonies vocales, et puis j'ai progressé en allant chanter dans la rue, et en faisant plein de dates... Je suis "devenu chanteur" sans m'en rendre compte, et maintenant la voix est un de mes principaux instruments. Quant à l'écriture, c'est en anglais principalement et je crois que ça raconte surtout ma vie, mes doutes, mes expériences, ma mélancolie, toutes ces choses personnelles qui se renouvellent toujours et qui font qu'on écrit un peu toujours la même chose sans que ça soit les mêmes chansons, et en espérant que ça touche le plus grand monde possible puisqu'on parle de soi pour évoquer des sentiments plus universels...

 

Quelle est la ligne directrice de "Martin Mey" ?

Ça c'est une bonne question... Je crois que c'est un peu ce que je répondais juste avant : c'est mon projet solo et donc j'écris des chansons, des mélodies sur des thèmes qui sont directement liés à mon intimité. La cohérence vient de là, et musicalement, beaucoup du chant et des harmonies. Ensuite, les arrangements peuvent prendre différentes formes et évoluent avec le temps, avec toujours l'envie d'essayer de nouvelles choses, d'explorer, d'expérimenter. Je crois que j'ai vraiment une base d'influences très larges, entre folk, soul, pop, rock, électro. Du coup, la formule actuelle est plutôt pop-folk-électro en trio mais je ne sais pas à quoi ça ressemblera pour la suite...

MARTIN

MEY

Vos clip sont très élaborés, avec qui travaillez-vous ?

Avec des gens différents à chaque fois ! Effectivement, il y'a beaucoup de boulot sur les clips ; j'essaie toujours d'explorer des techniques différentes, des idées différentes, originales si possible et qui emmènent le spectateur dans un univers plutôt onirique... Et à chaque fois pour l'instant, on a essayé avec différentes équipes, vu que les idées et techniques étaient très différentes (dessin, stop motion, animation 3D...). J'espère à la fois qu'on continuera à trouver de nouvelles personnes motivées pour de prochains beaux clips dans d'autres styles, et aussi qu'on pourra de nouveau collaborer un jour avec les excellents clippeurs avec qui on a déjà travaillé, quand l'occasion se présentera.

 

Avez-vous des projets d’enregistrement d’album, de tournée ?

Des projets, oui, plein, mais rien de précis pour l'instant. Je compte bien continuer avec un prochain disque et une nouvelle tournée, mais je ne sais pas encore quelle forme ça prendra ni quelles chansons j'y jouerai. Je suis en pleine phase d'expérimentation, réflexion là-dessus. Par exemple, une des idées que je travaille est de creuser toujours plus la question "vocale", et j'ai donc une carte blanche aux Faveurs de Printemps, dans le Var, le 21 avril, où j'essaierai de revisiter mon répertoire avec un ensemble vocal dans l'Eglise Anglicane de Hyères... J'ai aussi d'autres projets en parallèle, qui nourrissent indirectement mon projet solo, notamment le projet électro Ghost of Christmas avec qui on vient de sortir un EP et on est en tournée.

 

Dernière question, on vous a vu plusieurs fois au festival des Nuits Carrées, qu’est ce qu’il représente pour toi ?

Eh bien c'est un très joli festival pour plein de raisons et on peut être fiers d'être soutenus par les Nuits Carrées ! Un festival devenu incontournable dans le Sud, avec une programmation exigeante, de belles têtes d'affiche et de belles découvertes, donc des soirées de qualité, dans un super lieu, que dis-je, un lieu de rêve... Avec aussi une politique de prix bas donc c'est vraiment très accessible... Et que des gens bien et sympas qui organisent tout ça...

il y'a 10 ans
je jouais
des morceaux
de piano mélancoliques
et je murmurais quelques paroles dessus...

Rencontre avec Martin,

le chanteur

Encore un talent quatre étoile pour notre French Riviera !

Impatient de recevoir ce groupe, on vous promet une belle dose d'émotion.

LE PETIT MAG DE L'ARBRE N°16

<<

>>